Application musulmane Pro sous enquête pour le partage de données de localisation avec l'armée américaine

0


La Commission de protection des données personnelles de Singapour enquête actuellement sur le cas de Muslim Pro app qui aurait vendu des données de localisation granulaires à un tiers, qui a l'armée américaine comme l'un de ses clients . Le créateur de cette application, Bitsmedia, a nié ces allégations et a déclaré qu'il ne partageait que les données anonymisées à des fins publicitaires.

L'application Muslim Pro vendant les données de localisation des utilisateurs à l'armée américaine

Muslim Pro une application permettant de suivre les heures de prière, les itinéraires vers les masjids, la lecture du Coran en plusieurs langues, etc., partageait les données de localisation granulaires des utilisateurs avec des tiers . Il compte près de 100 millions d'installations sur Playstore avec des utilisateurs du monde entier. Il est maintenant examiné par le Data Watchdog de Singapour pour des allégations de partage de données.

L'enquête a été confirmée par la Commission de protection des données personnelles (PDPC) de Singapour, affirmant qu'elle avait demandé au développeur – Bitsmedia de fournir plus d'informations sur le fonctionnement de leurs applications. L'histoire a été initialement rapportée par Vice Media qui a affirmé que Bitsmedia avait partagé des données de localisation granulaires avec X-Mode un agrégateur de données ayant l'armée américaine comme l'un de ses clients.

Bitsmedia a bientôt publié deux rapports affirmant qu'il ne partageait aucune donnée de localisation granulaire en tant qu'accusé. En outre, il a justifié toutes les autorisations d'application qu'il demande à ses utilisateurs et a déclaré qu'il ne partageait que les données anonymisées avec ses partenaires sélectionnés.

Il a affirmé que les données partagées ne sont attribuées à aucun utilisateur spécifique et disposent de « dispositifs de sécurité et mesures de protection conformes aux normes de l'industrie » pour protéger les données des utilisateurs. Pourtant, il a annoncé avoir mis fin au partenariat avec tous ses partenaires « avec effet immédiat».

Il a expliqué plus tard qu'il collecte et partage des données à des fins communes comme la publicité, qui est sa principale source de revenus. Enfin, il a affirmé qu'il n'avait violé aucune loi sur la protection des données, qu'il était transparent et qu'il se conformait à tous ces organes.

Leave A Reply

Your email address will not be published.